A free template from Joomlashack

A free template from Joomlashack

Accueil arrow Blog
Affichage type blog de toutes les sections sans images
Collecte de documents départementaux Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Collecte de documents départementaux
sur les événements de Mai 68
Du 15 avril au 30 juin - Archives départementales
 
Du 15 avril au 30 juin, les Archives départementales organisent une collecte de documents sur les événements de Mai 68 à Toulouse et dans le département, en collaboration avec l'association "Initiatives mai 1968 mai 2018", dont l’un des co-fondateurs est Alain Alcouffe, professeur émérite de sciences économiques à l'université Toulouse 1.

Les Archives départementales se proposent de recueillir pendant plus d’un mois tout document écrit (tracts, journaux étudiants ou d'entreprises, etc.), iconographique (photographies, affiches, etc.), audiovisuel (films amateurs, enregistrements sonores, etc.). Les documents ainsi récoltés pourront être confiés temporairement aux archives, ils seront alors numérisés puis restitués à leurs propriétaires.

L'objectif est de constituer un fonds documentaire sur cet épisode de la vie politique et sociale de la France, afin de le transmettre aux futures générations.

"Quelles que soient les prises de position de ses détracteurs, Mai 68 reste le plus grand mouvement social et étudiant de l’histoire moderne française. Ces événements, qui font aujourd’hui l’objet d’études de la part des historiens, demeurent très présents dans la mémoire collective des Français, dans notre mémoire. A travers différentes rencontres et actions autour de cette année de Cinquantenaire, le Conseil départemental de la Haute-Garonne souhaite offrir l’opportunité de nous interroger non seulement sur la rencontre frontale d’une génération avec la politique mais aussi sur l’évolution de notre société au cours de ces cinq dernières décennies de profondes transformations", précise Georges Méric.
 
 
Contacts :
Archives départementales de la Haute-Garonne
11 bd Griffoul-Dorval
31400 Toulouse
05 34 32 50 00
Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir


Initiatives mai 1968 mai 2018​
Ostal d'Occitania
4 rue Malcousinat
31 000 Toulouse
Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir
 
Mai 68 ŕ Toulouse Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

 

Collecte de documents départementaux
sur les événements de Mai 68
Du 15 avril au 30 juin - Archives départementales

 

Du 15 avril au 30 juin, les Archives départementales organisent une collecte de documents sur les événements de Mai 68 à Toulouse et dans le département, en collaboration avec l'association "Initiatives mai 1968 mai 2018", dont l'un des co-fondateurs est Alain Alcouffe, professeur émérite de sciences économiques à l'université Toulouse 1.


Les Archives départementales se proposent de recueillir pendant plus d'un mois tout document écrit (tracts, journaux étudiants ou d'entreprises, etc.), iconographique (photographies, affiches, etc.), audiovisuel (films amateurs, enregistrements sonores, etc.). Les documents ainsi récoltés pourront être confiés temporairement aux archives, ils seront alors numérisés puis restitués à leurs propriétaires.

L'objectif est de constituer un fonds documentaire sur cet épisode de la vie politique et sociale de la France, afin de le transmettre aux futures générations.

"Quelles que soient les prises de position de ses détracteurs, Mai 68 reste le plus grand mouvement social et étudiant de l'histoire moderne française. Ces événements, qui font aujourd'hui l'objet d'études de la part des historiens, demeurent très présents dans la mémoire collective des Français, dans notre mémoire. A travers différentes rencontres et actions autour de cette année de Cinquantenaire, le Conseil départemental de la Haute-Garonne souhaite offrir l'opportunité de nous interroger non seulement sur la rencontre frontale d'une génération avec la politique mais aussi sur l'évolution de notre société au cours de ces cinq dernières décennies de profondes transformations", précise Georges Méric.
 

 

Contacts :
Archives départementales de la Haute-Garonne
11 bd Griffoul-Dorval
31400 Toulouse
05 34 32 50 00
Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir


Initiatives mai 1968 mai 2018​
Ostal d'Occitania
4 rue Malcousinat
31 000 Toulouse
Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 
Bassin des filtres Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

A Toulouse, les Ponts-Jumeaux sont la grande réalisation de Loménie de Brienne de 1768 à 1776, pour relier le Canal du Languedoc au Canal Latéral et au Canal Saint Pierre (aujourd'hui Canal de Brienne), c'est à dire à la Garonne et ainsi disposer d'une voie fluviale continue de la Méditerranée à l'Atlantique et permettre aussi de rattacher le Piémont pyrénéens..

Ces voies d'eaux comportaient un bassin des filtres destiné à néttoyer l'eau avant le déversement dans la Garonne. Quelques hectares de nature, verdoyants, boisés subsistaient ainsi au coeur de la ville - Après la seconde guerre mondiale des maisons de bois préfabriquées avaient été installées dans ce cadre et rappelaient la reconstruction qui avait donné le signal des Trente Glorieuses.

Mais c'était compter sans l'appétit pour le béton des édiles - les occupants des maisons avaient été progressivement évincés, les maisons squattées et très fortement dégadées .. Des projets circulaient alertant le voisinage inquiet par la densification d'une zone sans guère de voies d'accès .. Pas de souci, dans la torpeur de l'été les bulldozers sont en marche et la destruction déjà bien avancée .. Par contre, bien malin qui verra le permis de construire, chantier il y a mais aucun affichage.. c'est mieux comme cela, cela évitera les récriminations des mécontents.

 

 

Galerie de photos du Bassin des filtre

 

 

 
Bernard Maris Text of Epilogue Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

 

Lettre ouverte aux gourous de l'économie qui nous prennent pour des imbéciles

Epilogue

 

Image

What are economists for?
If economics is the science of the market, they are useless – we have known it for a long time (since Keynes), and we get confirmation now from the most ultra orthodox (Debreu).
If the economy is a science that predicts the future, then the greatest economist is Madame Soleil [a famous French astrologer]
If economics is the science which deals only with "trust", then the greatest economist is Freud. If economics is the science which deals only with "transparency", then the greatest economists are accountants, policemen, customs officers or judges.
If economics is a religion, then Camdessus is the high priest of it, but the best economist will remain Pope John Paul II.
If economics is only gossip and chatter, many journalists can aspire to be awarded the Golden Palm.
Every activity has a social utility. Even parasites are useful: they allow to highlight the so-called "useful" people. Just as there is nothing "harmful" in ecology - except in empty heads of hunters - it is rare to be unable to associate a utility to a part of the social body. The parable of Saint-Simon, which showed that the wealth of France would not decrease if we removed many lazy people, writers and others, is questionable, and the same holds for the uselessness of the ancient Greek and music taught at University. So ... What are the casuists of utilitarianism for?

Unquestionably the "experts", the merchants of economic tales have a function of exorcism of the future. In a world without religion, they have the same function as gurus and cult leaders - and many of them combine the two businesses. They also play the role of bards, shamans or witch doctors of Indian tribes who talk incessantly to prevent the sky from falling on the heads. They are the inexhaustible storytellers of  irrational, credulous,  illiterate and but not uncultured societies that are no doubt more cheerful than ours.
But what have the children of Smith, Marx and Keynes to do? Are they condemned to play the roles of sorcerer,  high priest or guru?
Obviously not. They can denounce the merchants of confusion, promote economics as a science of man, and  not as a hard science, they can question history, civilizations, they can think about value and wealth. They can denounce efficiency and productivity - or simply leave it to business managers, they are paid for it! - And they can return to psychology, sociology, history, philosophy. Thinking about labor, time, money. In short, they can go back to Smith, Keynes and Marx.
They can also go for soup and sell their beautiful science for the lentils of expertise, and be content with the role of the fool whose legs are pulled  twice a year when growth projections are presented, and every day when the Russian mafia recycles dollars which have been loaned to it in false candor.
But then, they should not speak of "quality assessment" or "technical correction"
Let them put a pointed cap,  a red nose, let them wag with their ears and tickle the armpits.
What were economists for, one will ask a hundred years from now? To make people laugh.
(English . Alain Alcouffe]
 

 
Bernard Maris Texte de l'épilogue Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Lettre ouverte aux gourous de l'économie qui nous prennent pour des imbéciles

Épilogue


ImageÀ quoi servent les économistes?
Si l’économie est la science du marché, ils ne servent à rien, on le savait depuis longtemps (depuis Keynes) et on en a la confirmation maintenant avec les plus ultras des orthodoxes (Debreu).
Si l’économie est une science qui prédit l’avenir, alors le plus grand économiste est Madame Soleil.
Si l’économie est la science qui ne sait parler que de la «confiance », alors le plus grand économiste est Freud. Si l’économie ne sait parler que de « transparence », alors les plus grands économistes sont des comptables, des policiers, des douaniers ou des juges.
Si l’économie est une religion, alors Camdessus en est le grand prêtre, mais le meilleur économiste restera Jean-Paul II.
Si l’économie n’est que ciné et bavardage, nombre de journalistes peuvent guigner la palme d’or.
Toute activité a une utilité sociale. Même les parasites ont une utilité : ils permettent de mettre en relief les gens dits «utiles». De même qu’il n’y a pas de «nuisibles» en écologie - sauf dans les têtes vides des chasseurs - il est rare de ne pouvoir associer une utilité à une partie du corps social. La parabole de Saint-Simon, qui démontrait que la richesse de la France ne bougerait pas si on supprimait nombre de paresseux, de gens de plume et autres, est discutable, autant que l’inutilité du grec ancien et de la musique enseignés à l’Université. Alors... Quelle est l’utilité des casuistes de l’utilitarisme?

Indiscutablement les «experts », les marchands de salades économiques ont une fonction d’exorcisme de l’avenir. Dans un monde sans religions, ils ont la même fonction que les gourous et les chefs de secte — et nombre d’entre eux cumulent les deux métiers. Ils jouent aussi le rôle de griots, de chamanes, ou de sorciers des tribus indiennes, qui parlent sans cesse pour éviter que le ciel ne tombe sur les têtes. Ils sont les conteurs intarissables des sociétés irrationnelles, crédules, analphabètes d’écriture et non de culture, mais sans doute plus sereines que les nôtres.

Mais les enfants de Smith, Marx et Keynes? Sont-ils condamnés au rôle de sorcier, de grand prêtre, ou de gourou?
Évidemment non. Ils peuvent dénoncer les marchands de salades, parler de la science économique, science humaine et non science dure, interroger l’Histoire, les civilisations, réfléchir sur la valeur et sur la richesse. Ils peuvent dénoncer l’efficacité et la productivité — ou, tout simplement, laisser ça aux gestionnaires des entreprises, ils sont payés pour ça! — et revenir vers la psychologie, la sociologie, l’histoire, la philosophie. Réfléchir au travail. Au temps. A l’argent. Bref, revenir vers Smith, Keynes et Marx.
Ils peuvent aussi aller à la soupe et vendre leur belle science contre les lentilles de l’expertise, et se contenter du rôle du bouffon dont on se paye la poire deux fois par an au moment des projections de croissance, et tous les jours quand la mafia russe recycle les dollars qu’en toute fausse candeur ils lui ont prêtés.
Mais alors, qu’ils ne nous parlent pas de «fuite vers la qualité » ou de « correction technique »
Qu’ils coiffent un bonnet pointu, chaussent un nez rouge, remuent les oreilles et se chatouillent sous les bras.
A quoi servaient les économistes, dira-t-on alors dans cent ans? A faire rire.

 
Bernard Maris (1946-2015) Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

 

ImageParmi les victimes de l’attaque contre le journal Charlie Hebdo figure Bernard Maris. Il était bienconnu dans le monde de l’économie et en particulier parmi les historiens de l’économie car il avait consacré plusieurs à Keynes et à la méthodologie économique. Son ironie et son humour visaient juste toutes les bigoteries et les pédanteries. Les économistes contemporains n’étaient pas épargnés.

Parmi ses derniers livres, figure Capitalisme et pulsion de mort : Freud et Keynes (coauteur Gilles Dostaler).
Pour autant que je sache peu de ces publications ont été traduites en anglais. En hommage, j’ai traduit les dernières pages de son livre de son livre de 1999, Lettre ouverte aux gourous de l'économie qui nous prennent pour des imbéciles.
Le livre s’achève par quelques considérations sur l’économie dans cent ans, à faire circuler sans modération.

 

Texte de l'épilogue en français et in english

Lettre ouverte aux gourous de l'économie qui nous prennent pour des imbéciles

 

Lire la suite...
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 10 sur 54
Joomla Templates by Joomlashack